Alors que les performances des appareils n’ont cessé de croître et que leurs coûts ont considérablement baissé, l’usage de l’osmose inverse s’est peu à peu généralisé en aquariophilie. Pour beaucoup l’osmoseur inversé est devenu un outil indispensable du point de vente spécialisé ! Mais connaissez-vous tous les atouts de cette technique ?

osmoseur

Le principe de l’osmose inverse, c’est l’inverse du principe de l’osmose ! On appelle osmose le phénomène physique consistant à équilibrer la pression osmotique entre deux milieux liquides séparés par une membrane perméable à l’eau : l’eau tend toujours à passer du milieu le moins concentré vers le plus concentré afin de le diluer et ainsi, d’équilibrer la pression. L’osmoseur inverse, lui, au contraire, utilise la pression de l’eau (du réseau domestique) pour pousser l’eau dure à travers la membrane, en luttant contre la pression osmotique.

En clair, nous retiendrons qu’il s’agit d’un procédé de séparation par membrane qui permet d’obtenir de l’eau pure… Pour simplifier, considérons qu’il s’agit d’une sorte d’hyper-filtration, au travers de “mailles” extrêmement fines : leurs dimensions sont celles… de la molécule d’eau ! Entre 90 et 99% des éléments contenus dans l’eau sont ainsi éliminés, selon leur nature : le chlore, les différents composés azotés, les parasites et les bactéries, ainsi que les virus, soient les plus petites entités vivantes, et même… la radioactivité ! Pour un litre d’eau traitée, quatre à cinq litres sont renvoyés à l’égout, car la membrane est “rincée” en permanence. Les usages de l’osmose inverse sont des plus divers, notamment dans le domaine médical (de la dialyse du rein à la préparation des médicaments…) ou le domaine spatial (alimentation des astronautes en eau pure)… En aquariophilie, son usage s’est peu à peu généralisé, et l’osmoseur inversé est devenu un outil indispensable au sein du point de vente spécialisé…

Parvenir à la dureté appropriée

En premier lieu, l’eau obtenue par osmose inverse permet de reconstituer une eau semblable du point de vue de la dureté à celle du biotope d’origine des animaux que nous souhaitons maintenir : le plus souvent, on mélange eau pure et eau de conduite jusqu’à obtention de la dureté souhaitée. Pour l’élevage de certaines espèces, comme le Discus ou le Cardinalis, l’eau pure utilisée seule convient d’ailleurs très bien, à condition d’ajouter les oligo-éléments indispensables

Lutter contre la pollution de l’eau de conduite

Les aquariophiles marins utilisent toute l’efficacité de l’osmose inverse : 100% d’eau obtenue par osmose inverse, re-minéralisée avec des sels qui ne contiennent pas de polluants. Cette manière de faire s’est naturellement imposée en aquariophilie marine : en effet il était impossible de reconstituer avec précision une qualité d’eau donnée en partant d’une eau déjà minéralisée de manière aléatoire ; d’autre part, la grande sensibilité des animaux marins à différents polluants, et notamment aux nitrates, exigeait qu’on évite absolument d’introduire ces éléments dans l’aquarium.

Mais, du fait de la pollution durable des eaux de conduites, et notamment de l’importance des taux de nitrates, cette manière de faire pourrait bien se généraliser à tous les domaines de l’aquariophilie. Il y a en effet quelque chose d’absurde à produire de l’eau au moyen d’un processus somme toute coûteux, afin de la mélanger ensuite à de l’eau de conduite, c’est-à-dire la re-polluer : autant travailler avec un osmoseur de seconde main, ou une membrane percée ! Il est bien plus logique, dans ces conditions, d’apporter la quantité idéale d’une préparation de minéraux adaptée aux exigences de nos poissons dans une solution d’eau pure.

Renouveler l’eau d’évaporation

Un mot enfin à propos du renouvellement de l’eau évaporée  : il est bien évident que dans tout aquarium, quelque soit le type de poissons hébergés, celle-ci doit être remplacée par de l’eau obtenue par osmose inverse, puisque seule l’eau s’évapore et non les minéraux, et si la nature a fait que certains poissons se plaisent dans une eau dure, elle n’a pas fait qu’ils se plaisent dans une eau de plus en plus dure  !

Evaluer le coût de l’osmose inverse

Au-delà du coût de l’osmoseur lui-même, très variable en fonction de la quantité d’eau pure que nous souhaitons produire par période de 24 heures, l’animalier se pose souvent la question du coût de l’eau produite par osmose inverse. Généralement, nous achetons l’eau de conduite aux alentours de 3 EUROS le mètre cube, soit 0,003 EUROS le litre. Comme il faut cinq litres d’eau au total pour produire un litre d’eau pure, on pourra considérer que le litre d’eau osmosée nous coûte 0,015 EUROS ou 1,5 centime, sans tenir compte de l’amortissement de l’osmoseur.

Quel bénéfice pourrez-vous retirer de l’osmose inverse ?

L’osmose inverse vous permettra de faire vivre vos poissons dans une eau à la fois plus saine et plus conforme aux exigences des espèces : les animaux seront donc en meilleure santé, et vous constaterez rapidement une diminution de la démarque. Vous serez amené à vendre de l’eau pure à votre clientèle. Et aux clients du rayon aquariophile dont les besoins en eau sont les plus importants, vous pourrez vendre… des osmoseurs !

Ces articles relatifs à l’aquariophilie sont des supports de conférences données dans le cadre de nos formations ou d’articles que nous avons fait paraître dans diverses revues spécialisées et professionnelles, notamment Animal Distribution. Découvrez ici le parcours de formation aquariophilie que nous proposons.

formation aquariophilie

Appelez-nous…